Quizz d’été

by

photo-0639.jpg

S’agit il :
a – du déménagement de Christo ? (la salle à manger)
b – d’une saisie en douane de copies illégales de Christo ?
c – du mobilier du futur restaurant « le Christo » ?
d – d’un impudent bistrotier qui vient juste de se faire livrer des chaises ?

Pas facile hein ! surtout lorsqu’on sait la peine encourue à quiconque s’aviserait d’emballer un bonbon, une bicyclette (ou même une femme) sans l’autorisation du maestro de l’emballage (qui emballa, souvenez-vous, le Pont Neuf en automne 1985).  » – Je vous l’emballe ?  » me demandait l’autre jour une boulangère à qui j’avais acheté un sandwich. « Surtout pas ! je veux pas d’histoires ! »
C’est qu’en France, paraît-il, les « oeuvres de l’esprit » sont automatiquement protégées par le droit d’auteur. Et ce, grâce à la théorie dite de « l’unité de l’art ». Vous faites le moindre caca sur une toile et hop ça y est, il est protégé. Protégé de quoi? des intempéries si vous le mettez à l’abri, c’est tout. Parce qu’en cas de copie, de contrefaçon ou de plagiat, votre « droit d’auteur » ne vous donne, en fait que le droit d’acheter un paquet de mouchoirs pour essuyer vos larmes. Même si vous parvenez à prouver l’antériorité de votre oeuvre. Ce droit d’auteur est une protection dite « défensive », c’est à dire que si un indélicat s’avisait de vous copier ou de s’inspirer très fortement de ce que vous avez commis (parce qu’il a vu votre travail sur votre site web, par exemple), et qu’il expose, lui, son « travail » dans une galerie en vue, vous l’avez dans le baba : l’indélicat ne peut certes rien faire contre vous (si ce n’est de vous traiter de parasite) mais vous ne pouvez hélas rien faire contre lui (comme faire interdire l’expo, etc.) Nous sommes dans une situation où c’est le Capital qui l’emporte : c’est celui qui a les moyens (financiers, relationnels) de divulguer une « oeuvre de l’esprit » avant quiconque qui aura raison devant la loi.
Avec l’avènement de la mondialisation de l’Art par les réseaux (web, communautés) le fameux et très poussiéreux « droit d’auteur » peut d’ores et déjà se faire de sacrés cheveux blancs, face à la » liquidité des idées » et le règne de l’immatériel. Comme l’industrie de la musique en fait déjà les frais. La prochaine fois je parlerai de l’INPI et de la protection des « dessins et modèles ». Une grosse arnaque la plupart du temps, et surtout une manne pour l’Etat. Qui lui, emballe tout le monde.

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

Une Réponse to “Quizz d’été”

  1. Chr Says:

    Décidément, Paris regorge d’encombrants de toutes sortes. Mais que fait le 3975?
    Je ne suis pas sûre de pouvoir en faire une généralité, mais autour de moi les artistes qui protègent le moindre de leurs traits… ne sont vraiment pas les meilleurs ! Les vrais grands, ceux qui ont du talent, ont l’assurance de leur démarche avec eux, de leur sincérité. Que quelqu’un s’engouffre dans leur voie, et ce sera le signal pour eux d’aller en explorer d’autres.
    Cela dit, d’accord avec vous pour constater que c’est le Capital qui l’emporte, dans la diffusion de l’art comme ailleurs, même sans plagiat. Un mauvais artiste ayant produit lui-même, sans copier, et possédant un bon carnet d’adresse, s’en sortira toujours.
    J’aime bien vous lire. A bientôt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :