Un peu de moi

by

abyss

Difficile de se soustraire à la vague de « questionnaires » (de Proust, de Pivot, de Raymonde, et autre « Valentina ») qui sévit ces temps-ci sur nos blogs printaniers. L’auteur — le toujours mystérieux auteur — est intimé de répondre, d’y aller franco. D’ouvrir un peu ses rideaux. Ses petits secrets. (Je ne parle pas des blogs, nombreux, où les rideaux, les portes, les orifices, sont ouverts 24h sur 24, et où l’exercice n’offre qu’un intérêt mineur.)  « Votre livre préféré ? », votre couleur, votre fleur, votre musique, votre film, votre musique de film. Votre plat. Votre plat en sauce. Votre surgelé. Votre patati. Vos patatas. Vos raplaplas. Non mais bon ! Et tiens, aussi : le métier que « vous aimeriez exercer ». Ah non quatre, nous demande Valentina ! Ha ha ha. Quatre métiers ! Euh voyons : pâtissière-confiseuse, capitaine dans une division blindée, cosmonaute et euh… fleuriste. C’est bien fleuriste, et ça sent bon. Mais je les exerce tous ces métiers ma puce ! non-stop ! « Le sexe que vous aimeriez avoir » pendant qu’on y est ! Ken ou Barbie. Le nombre de doigts ! Moi ? 10 !  Six à droite, quatre à gauche, je suis classique. Ah les conneries.
D’habitude je ne suis pas la mode. J’aime pas suivre. Je la crains la tendance, la fuis, et j’en profite même, levant la papatte, pour l’arroser de mon plus franc jet jaune, voilà. Mais là ok, d’akodac’, j’ai promis, je vais faire un effort. Bien obligé : je l’ai dit sur le très couru blog de Madame Lebrun. Et je reviens rarement sur. (ou alors j’oscille comme un oscilloscope, mais là c’est autre chose, c’est ma maladie.) Bon. Bien emmerdant cette histoire de questionnaire centenaire. On est bien assez fliqué comme ça, tu sais mon p’tit Marcel. A ton époque t’avais pas facebook, ni google, ni GPS, ni une camera dans chaque coin, ni les RG au cul, ni rien de tout ça ! Alors moi, mon « occupation préférée », à part les fillettes à la sortie des écoles et la pose de TNT sous les TGV, je crois que ça intéresse pas grand monde tu sais. Par contre, sur le principe, je suis pas contre. Je veux dire : sur le principe de ne pas me défiler. De « jouer le jeu », quoi. De me soumettre à la Question. Mais j’ai dû me débrouiller autrement, je suis comme ça, plutôt que de dépoussiérer ton machin et parler de mes « peintres et poètes préférés ». Surtout que j’aime pas les poètes, non mais tu rigoles. Aucun poète. Surtout les anciens, ceux qui voyageaient peinard, pas comme nous, qui fumaient de la drogue et qui mettaient des doigts dans des culs nubiles. Saligauds de poètes ! Obsédés du râle ! Mesclun gâté ! (oui, ouvre un paquet de mesclun « jeunes pousses » ne serait-ce qu’un seul jour après la date… Pas très poétique, tu verras.)
Me débrouiller autrement, donc.
Par chance, hier soir, alors que je dînais seul au Mac Do Champs-Elysées (une fois n’est pas coutume), et qu’à la table à côté, Bernard Tapie — joliment accompagné, lui — attaquait un Super Cheese Maxi-triple (on pense tous qu’à baiser et bouffer, y a rien à faire), me revient à l’esprit, grâce à cette présence carnassière un brin erratique, ce fameux « Questionnaire de Kimball », retrouvé dans la poche d’un GI pendant la guerre du Golfe. Un must du genre, jamais traduit en français. Celui-là, oui, pour vous, je veux bien m’amuser à y répondre.
C’est parti.

A quelle « célébrité » administreriez-vous volontiers 500mg de cyanure de potassium, hop, un soir de cocktail ? (le « hop » c’est moi qu’ai rajouté, pour faire plus cinéma.)
A Julien Bourremou, sans aucune hésitation. Qu’il se taise définitivement. Qu’il cesse de nous emmerder avec ses chansons mièvres, doucereuses et imbéciles. Pendant que le monde s’entre-tue dans la fièvre (porcine).

Quel est votre serial killer préféré ?
Jean-Luc Delarue. Son sourire en céramique, ses beaux yeux de marcassin, c’est quand même quelque chose. J’adore.

De qui craindriez-vous absolument une sodomie en règle ?
Euh… voyons… peut-être Jim « penetrator » Stormsteel, un géant black de 2M27, pilier de basket et acteur porno « freak » à ses heures. Une pine, quand il la déplie, comme mon bras complet. Respect. Pétage de cul assuré. Mais niveau sodomie de toute façon, entre Numéricable et Orange, ça va, je suis déjà bien entouré. D’ailleurs je vais aller me racheter du gel silicone, ça fait moins mal.

Qui auriez-vous aimé ne pas être ?
J’aurais bien aimé ne pas être Gérard Lenorman. Ni Loana, Ni Obama. Encore moins Picasso ou pire : Ben Laden. Mais que voulez-vous, on ne fait pas toujours ce qu’on veut.

Parmi les blancs, pour lequel avez-vous le plus de sympathie ?
Le blanc d’oeuf. On fait tout avec. Même des maisons.

Votre outil de bricolage favori.
Ma tronçonneuse Stihl « Viking » modifiée. 250 CV, double turbo, 1m20 de longueur de coupe. 42 kg. Pour défricher sévère c’est l’idéal. Pour faire table rase aussi. Ou pour abréger une discussion qui s’éternise (et où j’ai pas raison).

A quel chanteur français souhaiteriez vous une rupture d’anévrisme de courant pendant un concert ?
Pierre-Alain Bourremou (le cousin de Julien). Et que le courant ne revienne jamais. Qu’il se mette à pleuvoir. Un orage terrible. De la boue jusqu’au cuisses. Yo, man.

Si la science pouvait vous rallonger un membre de 10 centimètres, lequel choisiriez vous ?
Va savoir. La main droite en fait. Pour mettre des bonnes baffes sans me déplacer. Ouais. Quoi ? Hein ? Caisse tu dis ? T’en veux une ?

Quel don de la nature, quel miracle, pourriez vous souhaiter que votre concierge possédât ?
Le don de disparaître avec ses seaux et tout son bordel pendant que j’accède à ma boîte aux lettres pour choper mes factures.

Toit de chaume ou toit de tuiles ?
Tuile, tuile. Forcément. Des bonnes tuiles en A34, bien massives. Protectrices. Et électrifiées (à cause du chat du voisin, que je déteste).

Pour quel poisson avez vous la plus profonde admiration ?
Chascanopsetta lugubris. Sorte de poisson-mâchoire solitaire et lumineux, qui ne s’exprime que lorsque c’est vraiment nécessaire. Ceci dit il est très écouté, dans le noir abyssal. Et il aime pas trop qu’on le contredise.

Votre proverbe saoudien favori ?
« Ouaf’ hadat shirf sharaf ed’ assd el sharaf » : « Quand on n’a pas de pétrole on a du pétrole ». J’ai hésité avec « tizak tah’ila hous’san rak’bid’ saad el farouf » :  « Tout ce qui ne brille PAS, n’est pas or ». Mais je préfère quand même le premier, il sonne mieux en V.O.

L’explosif le plus simple d’utilisation, selon vous ?
Le posk russe (farine d’épautre + maïzéna + jus de citron + jaune d’oeuf + huile de ricin + polonium en barres) Il est quand même conseillé de porter lunettes et gants.

Le plus compliqué ?
Les mots. Là, même avec des gants, c’est pas évident.

Quel attribut(s) du sexe opposé aimeriez-vous vous voir greffé ?
Un énorme clitoris. A la place du nombril.

Dans quelle dangereuse zone de conflits pourriez-vous passer vos prochaines vacances de Pâques en famille, si vous y étiez obligé ?
Sur l’Ile d’Oléron. (On dirait pas comme ça, mais il y a des conflits terribles entre les pauvres cyclistes qui roulent sur la nationale et les frimeurs en 4X4 chromée — ces gros cons.) Le bar y est bon malgré tout, sur cette île enfumée.

Quel artiste contemporain auriez-vous plaisir à voir changé en statue sans autre forme de procès ?
Jeff Koons. Direct. Et pas la peine de faire une statue, un sac de plâtre suffira.

Avec quel écrivain échangeriez-vous, un beau dimanche, quelques passes de frisbee ?
J’hésite entre A.Moldavski et O.Steppenwolf. Les deux ce serait super. Ou alors Guillaume Musso. Mais là faudrait que je lance le frisbee en premier, et qu’il soit garni de lames de rasoir horizontales dans son pourtour…

Que prépareriez-vous si vous aviez le Pape à dîner ?
Asperges mayonnaise en entrée.
Tripes à la diable.
Glace, deux boules. Des grosses.
Le tout arrosé d’un Châteauneuf. (Non, pas « du Pape ». Surtout pas.)
Dans des goblets en plastique. Evidemment.

Et Nicolas Sarkozy ? (ça c’est pas dans la version d’origine, mais j’en profite héhé)
Terrine de faisan aux boulons.
Mouclade des boucholeurs.
Rôti du dimanche, si si, du dimanche, bonzaï de carottes.
Fraisier aux anchois.
Café 120 % arabica.

Quel magazine féminin mériterait, selon vous, la Légion d’Honneur en 2010 ?
Cosmo. Et tout le groupe Marie-Claire, tant qu’on y est. Indéniablement. Avec le Prix Nobel de la Paix en 2012, si c’est possible.

La photo au-dessus de votre lit c’est ?
Monica Bellucci. Qui se cure les dents avec un stylo Bic quatre couleurs. Magnifique.

Et celle dans le tout dernier tiroir de votre bureau, fermé à double-tour ?
Bernard Tapie à la caisse de ED l’Epicier, avec une boîte de thon, un bouquet de persil et un litre de Vieux-Papes. Elle vaut des millions cette photo. Je la sortirai en cas de besoin et la balancerai à VSD. Non pas à VSD.

Pour quelle catastrophe naturelle avez-vous le plus d’indulgence ?
La chute des cheveux. Ou des seins chez les dames.

Quelle trace(s) aimeriez-vous laisser au monde ?
Un petit croquis au crayon gras, au dos d’un couvercle de Caprice des Dieux, que je fis la nuit du 25 décembre 1971 avec mes petits doigts gelés.
En tout cas pas des traces de freinage. Ça non.

Votre épitaphe en cas de sinistre ?
« Merci d’éviter l’arrosage des fleurs en plastique. »

(Je précise que vous pouvez vous servir, partiellement ou complètement, de ce désormais traduit « Questionnaire de Kimball », pour votre blog, vos vacances, vos amis, vos parents, et même votre chat s’il comprend le français — le mien, celui avec des patins isolants, le comprend.)

Advertisements

Étiquettes : , ,

26 Réponses to “Un peu de moi”

  1. Coryphée Says:

    Quel monstre on dirait Alien bébé! Je voulais essayer la plongée sousmarine mais si c’est pour ce retrouver avec ça! Autrement j’ai bien ri sur vos réponses à ce questionnaire merci! et Tapie au McDo on aura tout vu! essayez l’ile de Ré c’est en face est c’est mieux^^

  2. lataupe Says:

    J’ai souri, plusieurs fois, mais vraiment souri, c’est bon(?) signe. Un moment d’égarement, sans doute, une absence, une étourderie… Je commence à prendre goût à ce que vous faites, attention. Prenez grand soin de me pas me distraire exgarément, je vous prie. N’ayez aucun égard, vous m’obligeriez. Je ne voudrais pas avoir à revenir…

  3. Marco Says:

    Autoportrait cohérent, exemplaire, raffiné, formidablement humaniste: pas de doute, nous tenons là le citoyen du XXI°siècle.

  4. Stalker Says:

    Très bon !
    Dommage qu’on ne puisse répondre à certaines questions (notamment la première) que par une seule réponse…
    Bonne suite et une poignée de main (assez large).

  5. Wolf Says:

    J’aime beaucoup le chat avec les patins pour éviter le toit électrifié :) Oui, très bon billet sur le « soi » toujours périlleux, même si vous ne vous dévoilez pas « bêtement » (c’est ça qui est fort). Vous me prêtez votre frisbee? j’en aurais besoin pour quelques échanges moi aussi…

  6. Marie Says:

    Lire « Madame Lebrun » m’a fichu un coup; depuis que je suis en âge de comprendre le français, Mme Lebrun, c’est ma mère. Impression de prendre 30 ans dans les dents. Et la sournoise perfidie de « blog très couru ». Ce que vous pouvez être chafouin…Faut que je vous aime bien pour venir malgré tout ça, commenter ici;)
    Sinon, un bon billet, du NLR pur jus, sans sucre ajouté.

  7. Nicolaï Lo Russo Says:

    @Coryphée. Ile de Ré connais pas. Ferret est pas mal, mais toujours trop de grosse 4×4… Quant au « monstre » et ses copains, c’est quand même à partir de — 2000 mètres et en dessous. Vos palmes ne craignent rien.

    @lataupe. Une bonne surprise, merci de vos égarements. Toujours bienvenues chez moi, ces petites bêtes de la terre. Sachez-le.

    @Marco. Ton ironie, douce, se porte à merveille, cher Marco :)

    @Stalker. Bonne surprise aussi que votre visite, cher Juan. J’entends très bien ce que vous dites, mais il ne tient qu’à vous de vous autoriser plusieurs réponses… En cherchant bien on trouve :) Portez-vous bien.

    @Wolf; Pour le frisbee, c’est assez facile à fabriquer ; d’ailleurs je risque d’en commercialiser une petite centaine, pour égayer Paris Plage cet été entre bons amis. Je vous tiens au courant.

    @Marie. Ah Marie ! Pardonnez-moi : j’ignorais qu’il s’agissait de votre nom de jeune fille. C’est donc Marie « née » Lebrun. Ok. Je saurai. Et c’est vrai, parfois je chafouine. Je fais ma Ludivine, c’est bête. Mais jamais méchant. D’ailleurs il est couru votre blog. Bon pas couru couru à la Carl Lewis, certes, mais quand même un peu pour un jeune blog ;) Une bise, allez.

    (Un peu énervant ces smiley biscuits, je ne sais comment les laisser en « typo » ; pas grave.)

  8. Gaël Says:

    Nicolaï, voilà donc une bonne sucrerie savoureuse que cet « un peu de vous ». Mes zygomatiques se sont même étonnés de cette sollicitation nocturne. Là où vous m’intriguez, c’est au sujet de votre Stihl « Viking ». Figurez-vous que j’ai la même. Enfin, quand je dis la même, je force un peu le trait : ma Stihl rien qu’à moi n’est pas « modifiée », elle ! Qu’avez-vous donc fait ??? Racontez ! Je commence à devenir complètement dingue de « tool tuning ». Alors, dites, modifiée en quoi votre belle machine de 42 Kg ?? Je parie que vous avez ajouté un système autolubrifiant pour la chaîne, non ? A moins que ce ne soit au niveau du débit réglable de la pompe à huile ? Un carter en acier brossé renforcé, peut-être ? Oh non, putain, je sais : vous avez réussi à récupérer l’hallucinant système antivibratoire mis en vente sur ebay par Rémi69 de Gif-sur-Yvette !!? Hein ? C’est ça ?! J’y crois pas…Pourriez pas prendre un photo de votre bécane ou même, en poussant le bouchon, un petit film en pleine action, histoire que je me le passe en boucle les soirs d’hiver…Allez, dites-oui, Nicolaï…
    Au plaisir…

  9. Marie Says:

    @Nicolaï. Pas grave. J’avais qu’à choisir un pseudo moins conventionnel et personnel; genre Nicky Chouchou:-D

  10. Chr. Borhen Says:

    On peut ajouter celle-ci, de question : « Qu’aimeriez-vous dire à Dieu si vous existiez ? »

    (En tout cas, Nicolaï, merci d’exister)

  11. Marie-Christine Says:

    Sinon, comme ça, Jim “penetrator” Stormsteel, c’est dans quels films qu’il joue ? Je dis ça, c’est pour une copine….

  12. Sophie K. Says:

    Nicolaï, tu m’as remis le moral sur beau fixe (alors qu’il stagnait dans mes chaussettes, en grande conversation avec ma mauvaise humeur).
    Merci merci merci, donc.

  13. Nicolaï Lo Russo Says:

    @Gaël. Pour vous, je dis oui, ok. Quand je me fais un peu scier (ce qui est assez rare mais ça arrive), j’hybride. J’adore hybrider. Par exemple ça avec ça. Pour ensuite jouer à ça entre amis. On amène les bières, les chainsaws, on coupe et on rote, c’est sympa, ça détend. Pas compliqué, juste quelques outils, un peu de patience…

    @Marie. Tres bien ça, Nicky Chouchou, vous devriez l’adopter, ça fait Crazy Horse…

    @Chr.Borhen. Soit un repère galiléen situé, mettons, quelque part dans les limbes (où comme chacun sait il n’y a ni supérette et où les toilettes hommes sont constamment bouchées). En partant de votre précepte qui suppose notre inexistence face à Dieu, donc, la chose la plus pertinente serait de lui demander un flacon de D-Stop, je trouve. Déboucher les conduits, en ces étranges contrées, me semble salutaire. Enfin c’est ce qui me viendrait à l’esprit en premier, vu mon pragmatisme, et surtout pour que le dialogue revienne.

    @Marie-Christine. Dans Babar, je crois. A moins que je me trompe. Il y a bien d’autres films, mais je n’arrive pas à mettre la main dessus… Enfin je vous dirai.

    @Sophie K. C’est vrai qu’on n’y songe pas souvent, mais c’est dingue les conversations, souvent stériles, qui peuvent exister au fond d’un simple bout de lycra (ou de coton). Très heureux d’y avoir mis un terme provisoire, ma chère Sophie.

  14. Stalker Says:

    Bonjour à tous.
    Un peu (peut-être même beaucoup) de moi en lien.
    J’espère qu’un peu de publicité ne vous gênera pas trop cher Nicolaï.
    Amitiés.

  15. Nicolaï Lo Russo Says:

    @Stalker. Comme je le disais à Diogène « DDT » sur le blog des ELS, « je comprends votre démarche ». Il ne s’agit pas de publicité (qui appelle la notion d’argent) : juste d’être un peu lu dans la masse hurlante. Dans le cas d’un « vrai texte » comme le vôtre, en effet plus personnel que ce que vous donnez habituellement (mais un peu long à lire sur le web (enfin c’est mon avis)), je n’ai aucun mal à vous prêter tribune, ou, plus précisément, « banderolle publicitaire » (si vous tenez à cette acception). Quant au contenu de votre création, il montre, à travers votre grille d’analyse habituelle, comment un monstre est un résultat, un symbole — évidemment hautement condamnable mais un symbole quand même — des dysfonctionnement sociaux actuels (doux euphémisme). (Ceci dit je pense que tout monstre est le résultat, tragique, d’un dysfonctionnement qui le détermine.) Dans le cas Y.F vous proposez : un instrument catalytique de la haine. Pourquoi n’ouvrez-vous pas les commentaires, Juan ? Poursuivez sur votre « ouverture », d’autant que le sujet est intéressant. (Je m’attends d’ailleurs à un tract de Nabe sur le sujet, c’est quasi certain.)

  16. Vinosse Says:

    Vous êtes très pola-ï, mon cher Nicolaï !

  17. Nicolaï Lo Russo Says:

    @Vinosse. Malgré mes efforts, je ne saisis pas. Polaroïd ? Pola-X ? (le film de Carax) ?

  18. Marie Says:

    Nicolaï qui devient malgré lui, le Saint-Bernard des baillonnés de la toile. Trop fort!
    Blague à part j’ai bien aimé votre réponse à DDT sur le blog des ELS. Ce type est assez touchant et poétique. Et sincère. Et pas opportuniste, pas comme certains en somme;)

  19. Stalker Says:

    Je les avais ouverts, puis je les ai refermés.
    C’est bon, je les rouvre.
    Oui, je m’attends à un tract de Nabe, je crois même lui avoir grillé la priorité.
    Tiens, l’idiote du village, Marie L (je sais, je sais Nicolaï, je ne recommencerai plus mais par ces temps dramatiques pour nos amis les porcs, la simple vision d’une vache ruminant placidement me met en pétard)…
    Amitiés.

  20. micheldalmazzo Says:

    D’accord pour la mise en ile déserte de la famille Bourremou.
    Un texte qui fait du bien par où qu’ça passe…

  21. Stéphane Says:

    Si j’étais un poisson des grandes profondeur condamné à nager dans le noir, sans aucune certitude d’un possible fond, d’une potentielle surface, peut-être laisserai je pousser mes incisives.
    Qui sait quelles rencontres on peut faire dans ce noir là ?
    Si j’étais un neurone dans la tête de nicolaï évidemment je barderai mes molaires de peur de prendre un coup de big jim ou de croiser une pin-up. Une tête normale pourtant.
    Pourquoi l’intérieur de la tête des autres me fait toujours honte des atomes de la mienne ?

  22. Vinosse Says:

    Désolé… le a était de trop…

    épi y’a déjour…pffffffffffffffff

  23. Loïs de Murphy Says:

    De la salade en sachet ? Vous ratez le plaisir de trier une salade feuille-de-chêne :o)

  24. Nicolaï Lo Russo Says:

    @All. Thanks. Un peu de vacances, pour moi. Dent de lion au menu, la meilleure des salades.

  25. Chr. Borhen Says:

    Puits sans lit ? De vous, impossible.

  26. Filou Says:

    Je viens après la bataille mais bravo je me suis régalé, merci! C’est sur qu’il y en a plein des « Bourremou »! Pour le mesclun je viens d’en jeter hier ça ne se garde pas longtemps, ça noircit vite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :