Archive for the ‘Music’ Category

Les nouveaux artistes

12 janvier 2008

C’est pour bientôt. C’est déjà là. Musiciens, jongleurs, trapézistes, rhabillez-vous. Rangez vos instruments. Installez-vous dans votre fauteuil, le Nouveau Spectacle va commencer. Bien gentiment, comme dirait l’autre.
Les images de synthèse – la « 3D » pour les intimes –, ainsi que la musique samplée (réalisée à partir d’échantillons sonores réels ou virtuels) ont fait d’énormes progrès ces dernières années, c’est peu de le dire. Ça n’arrête pas. Un monde ex nihilo existe tous les jours un peu plus. Il croît, sous nos yeux analogiques, un univers immatériel totalement constitué de bits, de lignes de codes, de pixels en furie. Pendant que vous jardinez ou que vous donnez à manger à Roro. Les écrans colonisent notre quotidien, partout, dans les sacs, sur les murs, des aéroports jusqu’à votre poignet, d’en haut des tours jusqu’au troisième sous-sol. Essayez de compter le nombre d’écrans que vous croisez dans une journée dite « normale ». Les analystes appellent ça hyperscreen society. C’est vers là qu’on va. Vertigineuse extension du champ perceptif. Par ailleurs, il est dit que dans quelques décennies, il n’y aura plus la possibilité de distinguer les « vraies » images des « fausses » (3D fakes). Celles prises en réel par une webcam par exemple, de celles conçues de toutes pièces par des opérateurs numériques virtuoses. Et le son itou. Fabriquer totalement la voix de la Bruni qui dit à son mari « Allez, fait pas la gueule et passe-moi le beurre, Mister Président », eh bien ce sera du tout cuit. The same voice. On aura le sentiment assez vif d’un « deuxième monde ». Et là c’est la société de l’information qui risque de prendre un sérieux coup dans le bide. Quand tout ça se sera mis en place. Parce que ce sera quoi finalement une information ? Hé hé.
En attendant ces réjouissances, ouvrez grand vos oreilles et vos yeux, cette vidéo est vraiment étonnante. Du tout grand art. Annonciateur de demain sans aucun doute. C’est chez Animusic et ça s’appelle « Pipe dream ». Pour une meilleure qualité vous pouvez commander un DVD. (c’est pas dans mes habitudes de faire de la pub, mais là faut reconnaître que…)

Publicités

Quizz d’été

7 août 2007

photo-0639.jpg

S’agit il :
a – du déménagement de Christo ? (la salle à manger)
b – d’une saisie en douane de copies illégales de Christo ?
c – du mobilier du futur restaurant « le Christo » ?
d – d’un impudent bistrotier qui vient juste de se faire livrer des chaises ?

Pas facile hein ! surtout lorsqu’on sait la peine encourue à quiconque s’aviserait d’emballer un bonbon, une bicyclette (ou même une femme) sans l’autorisation du maestro de l’emballage (qui emballa, souvenez-vous, le Pont Neuf en automne 1985).  » – Je vous l’emballe ?  » me demandait l’autre jour une boulangère à qui j’avais acheté un sandwich. « Surtout pas ! je veux pas d’histoires ! »
C’est qu’en France, paraît-il, les « oeuvres de l’esprit » sont automatiquement protégées par le droit d’auteur. Et ce, grâce à la théorie dite de « l’unité de l’art ». Vous faites le moindre caca sur une toile et hop ça y est, il est protégé. Protégé de quoi? des intempéries si vous le mettez à l’abri, c’est tout. Parce qu’en cas de copie, de contrefaçon ou de plagiat, votre « droit d’auteur » ne vous donne, en fait que le droit d’acheter un paquet de mouchoirs pour essuyer vos larmes. Même si vous parvenez à prouver l’antériorité de votre oeuvre. Ce droit d’auteur est une protection dite « défensive », c’est à dire que si un indélicat s’avisait de vous copier ou de s’inspirer très fortement de ce que vous avez commis (parce qu’il a vu votre travail sur votre site web, par exemple), et qu’il expose, lui, son « travail » dans une galerie en vue, vous l’avez dans le baba : l’indélicat ne peut certes rien faire contre vous (si ce n’est de vous traiter de parasite) mais vous ne pouvez hélas rien faire contre lui (comme faire interdire l’expo, etc.) Nous sommes dans une situation où c’est le Capital qui l’emporte : c’est celui qui a les moyens (financiers, relationnels) de divulguer une « oeuvre de l’esprit » avant quiconque qui aura raison devant la loi.
Avec l’avènement de la mondialisation de l’Art par les réseaux (web, communautés) le fameux et très poussiéreux « droit d’auteur » peut d’ores et déjà se faire de sacrés cheveux blancs, face à la » liquidité des idées » et le règne de l’immatériel. Comme l’industrie de la musique en fait déjà les frais. La prochaine fois je parlerai de l’INPI et de la protection des « dessins et modèles ». Une grosse arnaque la plupart du temps, et surtout une manne pour l’Etat. Qui lui, emballe tout le monde.


%d blogueurs aiment cette page :