Posts Tagged ‘Beaubourg’

Manque de pot !

10 septembre 2007

photo-0655.jpg

Le petit malin qui a cru intelligent de donner enfin une fonction au pot de Jean-Pierre Raynaud (parvis du Centre Pompidou, Beaubourg) a été arrêté hier soir in extremis. Il s’agirait d’un jardinier au chômage. Après avoir escaladé nuitamment le socle de la sculpture, il a planté des araucaria rampanum, espèce assez rare d’Amérique du Sud, dont l’odeur fétide était destinée à manifester son incompréhension de l’art contemporain. L’homme s’apprêtait à semer un baobab au centre du pot (pour le faire éclater) lorsqu’il a été appréhendé par les forces de police. Actuellement en garde à vue, il affirme avoir entendu une voix lui suppliant de commettre ce que d’aucun caractérisent déjà comme un « grave délit ». La plante incriminée (visible sur la photo) a été détruite ce matin. Ouf.

Rituel utile ou tuile ?

25 août 2007

photo-0659.jpg

Beaubourg, à l’entrée du Centre Pompidou, fin de l’été. Contrôle des sacs. Vigipirates’ vigiles : « s’il vous plaît! ». Que ça nous plaise ou pas on laisse faire. Des fois qu’on aurait emmené un petit pain de plastic pour les quatre heures. Ou une bombe à retardement. Ou une kalachnikov. Faut bien qu’ils vérifient. Avant les hostilités, avant le western. Avant la fin du monde.
Dix-huit poches. Ce sac campeur a dix-huit poches. Trois seront visées par les gardiens de la Paix sur Terre. Qui survoleront les piles de cahiers de leur main blasée. Quinze poches, donc, passeront le contrôle sans problème. Quinze grenades à fragmentation. Faut dire que la bonhommie évidente du possesseur du sac ôte d’emblée toute suspicion. Lui ? faire sauter une bombe? Ha ha ! Impossible : il n’a ni barbe, ni teint basané, ni regard noir belliqueux. (car là on aurait poussé l’investigation jusqu’à la dixième poche.)
Le rituel se poursuit. Des dizaines de sacs contrôlés sommairement. Alors qu’une charge explosive grosse comme un poing de fille peut tuer 20 personnes. Une pomme truquée par exemple. Une bonne Golden des familles, bien jaune. Au TNT. Bref. A quoi servent, depuis le temps, ces « contrôles »? A dissuader? A donner une ambiance sécuritaire (et fallacieuse) qui nous rapproche (encore) des américains? Il n’est pas interdit de se poser la question.


%d blogueurs aiment cette page :