Posts Tagged ‘Retouche numérique’

Première de couv’

5 octobre 2008

15H. Bureau « maquette » du magazine Nada, un jour de fin septembre 2008.

— On peut la descendre un peu, la miss ?
— Dans la page ?
— Ben oui dans la page. Faut qu’il domine plus nettement, lui.
— Ok… Attends… deux secondes… Hop ! voilà…
— Parfait comme ça. Fred, viens voir… regarde… Kèce t’en penses ?
— Moi ça me va mais faut lisser.
— Encore lisser ?
— Ben ouais tu sais bien…
— Elle va pas faire trop jeune ?
— Ils veulent ça, on discute pas.
— Je vire toutes les rides alors Eric ?
— Tu vires tout ouais. Lisse. Jeune. Gonfle un peu la bouche, aussi. Faut qu’ça lippe bien. Que ça allume. Et accentue le sourire… qu’elle ait l’air de kiffer un peu, ha ha ha…
— Ça craint quand même… Tu trouves pas ?… Putain… C’est la femme du Président, merde quoi…
— Ecoute toi t’es retoucheur, tu discutes pas. T’inquiète. De toute façon c’est lui qu’a le final cut.
— Qui ? Sarko ?
— Ben évidemment gros couillon. Ils ont dit : Jeune, Dynamique. Dans l’coup partout. L’image. Si tu la laisses comme elle est, Carla, c’est mort. Pas envie de me faire virer, moi… Elle est hyper importante cette couv’, faut assurer…
— Bon ok les mecs. Moi je m’en fous après tout, je fais mon boulot. Rien à foutre de leurs conneries.

Quatre heures plus tard…

— Voilà, ça te va là ?
— Super. Une vraie pub pour Clarins. Tiens, envoie un jpeg la haut, qu’ils le voient avant qu’on foute la typo.
— Si tu veux je peux même lui mettre des tresses… tant qu’à faire allons-y !
— Pas con, fais une version avec des tresses ouais ; et celle-là, sans.
— On dirait sa fille… Génial.
— C’est un peu c’qu’y veulent on dirait. Que les gens sachent pas trop…
— Si tu veux je peux le vieillir un peu lui… comme ça on pensera que c’est sa petite fille !…
— C’est bien ouf Photoshop quand même hein…
— Tu m’étonnes, ha ha ha ha… Le trip pédophile !… Fendard !… En couv’ de Nada !
— Sont trop cons avec leur jeunisme de merde.
— Ah ben qu’est ce que tu veux… En plus c’est la fashion week, faut se la jouer mannequin de seize piges à fond…
— Ouais… Des fois je me demande ce que j’fous là moi… commence à me gaver ces conneries, à force… Non mais t’as vu où on va ? C’est l’hallu…
— Laisse Bob, laisse… On s’en fout ch’te dis… On s’en fout nous. On a du taf c’est déjà pas mal. C’est eux les responsables.


%d blogueurs aiment cette page :