Archive for septembre 2008

« HYROK » (I)

27 septembre 2008

« Note HRV : Mon père repartit donc avec son « magnifique noir et blanc » sous le bras, mâchoire serrée, mots doux plein la tête, comme à son habitude.
Un des paradoxes les plus frappants de la société de mode et d’abondance du début de notre siècle, tenait en ce qu’un atout pouvait se changer en infirmité en un clin d’oeil. Ce qui était « in » un beau matin, pouvait être « out » le soir-même. Dans les domaines dits « créatifs » surtout, le client-roi cherchait systématiquement des spécialistes réactifs qui devaient répondre à une problématique précise (il en trouvait toujours vu le nombre d’aspirants). Or ces
spécialistes, à qui plusieurs années avaient été parfois nécessaires pour mettre au point un savoir-faire censé les démarquer de la concurrence, se trouvaient pour la plupart dépositaires d’une spécialité, d’une technique dont la durée de vie sur le marché n’excédait pas une saison ou deux. Marché dont il n’est pas inutile de rappeler la finalité essentielle : « SATISFAIRE SANS DELAI ». En conséquence, si les retombées financières n’étaient pas importantes et immédiates pour ces fragiles acteurs (c’était rarement le cas), la perte de temps – d’argent – était considérable, souvent fatale. Et il ne leur restait plus qu’à mettre leur spécialité au rebut. À tâcher, aussi, d’avoir assez d’énergie et de moyens pour en élaborer une autre s’ils tenaient à « rebondir » pour rester dans la course. (Sans compter que le très craint « point de notoriété zéro » pouvait guetter n’importe quel acteur autrefois consacré.)
Si bien que dans les années qui suivirent, et de l’avis de certains observateurs, l’acquisition d’une compétence pointue voire simplement d’une vraie originalité, fut souvent qualifiée de démarche intrépide, mais surtout d’inadaptée car de moins en moins productive.
Rappelons aussi qu’à cette époque, la notion même de
projet – artistique ou non – se trouva peu à peu caduque, toute dissoute qu’elle finît, dans l’ immédiat du temps liquide et de la révolution numérique.
De nombreux « créatifs » connurent tous ces problèmes. En particulier ceux qui ne disposaient pas d’un arsenal marketing ou relationnel suffisant, tel mon père. »
(Extrait de « HYROK », roman à paraître,  téléchargeable dans sa version « manuscrit » sur le site des éditions Léo Scheer, en passant par ICI.)

Publicités

Renterrée ?

16 septembre 2008

Paris bat t’as pensé (son ventre plein), à mettre de l’eau scolaire ? rentrée littéraire Y vont rafler romans déjà morts, prix des cartables-fleurs, trous chrysanthèmes d’éditeurs, du cul d’auteurs inconnus encore nains ‘taing t’as vu ça même la phnaque et librairies la place arnaque la pile fuck ! Devant ! Toujours allouée les ! – un style à couper le souffle – évidemment pfff Angot, mêmes Rentrées Pfff chaque mot-année après année ! concurrentielle rentrée ! saleté misère mise en place impitoyable marché Gynecoco (le méchant des armées), et l’autre amant, là, y’en a que pour avec son – Premier Roman – j’hallucine et moi-nous-si-loins ? Tous ces pousse-toi moi moi c’est pas vrai 676 (seulement !) tu te rends compte, pavé érudit ? Attachée de presse purée lundi oui Millet et bronzés, se va pavaner la nana à Saint-Chatte, là (Germain, derrière) de toute façon d’art content comptant les Prix pour rien Prix Prix Prix ! Moi Moi Moi quel 676 tu veux me dire ! Non la liste – à lire de toute urgence ! – la première jalousie Femina, Lacrimosa, Tralala, Charabia, (pleure pas, Régis) 676 Goncourt brothers et machin Intersaucisse, gosses de réseau, signature signe ! Chez Taddeï et si blogosphère il y a la télé-bousculade. Aucun piston riche, rien, jeune prodige – une écriture ciselée, aïe ! –, chance site de Prix B bébé Wrath rate, mal digéré ça change rien la haine. Z’ont raison (Révolution !) édition numéricon va bientôt et ma thune alors enculé??? Et Possibilité mort netocratique de rire d’une île Houellebecq ! ha ha ha wannabe la FIAC aussi wannabe soon ! t’as vu écrivain mystère m’étonne à peine son Scheer gourou chien formatique ! étrange film les salauds, bon M@nuscrits (quoi quoi quoi ?) et deux bières alternatives à boire de novembre à Versailles – immense – s’il vous que du cul-cul (encore du) ! The Flore Rabbit expérience se prend pour Dieu-fiction t’as les blogs-laboratoires avec renvoi d’ascenceur Koons (charge max: 100’000 kg) ; critique j’achète l’interview tique — moi aussi je t’aime, baby — y lent (non, si rapide) restera quoi après la Fashion week, de tout ça ? Hic ! Brooh ! Quoi dis-moi ?


%d blogueurs aiment cette page :